Les vins de la Valpolicella
7 janvier 2024

Horizontale 2010 en Rhône Sud

Le vendredi 12 janvier 2024

La dégustation est proposée par Hugo Le Panse puis commentée par Eric Ambiaud pour la séance du soir.

Quelques commentaires de contexte : 

Toutes les bouteilles, stockées pendant une longue période dans des conditions optimales, ont été placées dans une cave de service, à température adaptée, verticalement, 6 jours avant notre rendez-vous.
Cette dégustation s’est déroulée en deux séances : l’après-midi à 14h puis le soir à 19h30.
Ce compte-rendu détaille les impressions du soir.
Entre autres causes, une aération de 5 heures (dans la bouteille rebouchée en position verticale) peut expliquer les variations dans les appréciations.
Les vins sont dégustés sans présentation à l’aveugle.
Les verres utilisés sont les « Expert » de Spiegelau.
DS : Didier Sanchez – LG : Laurent Gibet – AA : Attila Aranyos – NC : Nicolas Chabot – HLP : Hugo Le Panse – HD : Henri Dubos – EA : Eric Ambiaud.

Ordre de dégustation

(Nombre total de dégustateurs : 19)

1ére série :

1.Côtes du Rhône : Domaine Saladin « Paul » 2010

A l’ouverture : DS13

Après 5 heures d’aération : LG12 – AAED – NCED – HD13 – EA14

Nez évolué, viandé. La bouche révèle des notes de prune, une matière absente, une finale asséchante. Ce vin est incontestablement en fin de vie.
2.Côtes du Rhône Village Cairanne : Domaine Richaud « L’Ebrescade » 2010 

A l’ouverture : DS15,5

Après 5 heures d’aération : LGED – AAED – NCED – HD13 – EA13

Issue d’une sélection parcellaire de vieilles vignes, cette cuvée constitue le haut de gamme de ce domaine réputé de Cairanne. Si le nez indique des marques d’évolution, la matière est cette fois bien présente mais ne séduit pas. Trame alcooleuse, forte présence d’acidité volatile qui incite à penser que des “bret” ont contaminé ce vin nature. Une finale asséchante finit de nous décevoir.

3.Gigondas : Domaine La Bouïssière 2010 

A l’ouverture : DS15

Après 5 heures d’aération : LG15 – AA13 – NC14 – HD14,5 – EA15

Comme les précédents, l’aromatique révèle un vin évolué. Le vin reste frais, avec un grain fin, des touches d’épices. En fin de bouche, la sensation d’alcool donne une impression de chaleur, de vin “cuit”. Plus le vin s’aère, plus les notes de soja, de bouquet garni se font jour. Visiblement, un vin qui avait des qualités mais qui décline fortement.

2éme série :

4.Vacqueyras : Domaine de la Monardière « Vieilles Vignes » 2010 

A l’ouverture : DSED

Après 5 heures d’aération : LGED – AAED – NCED – HDED – EAED

Un vin court en bouche avec une finale asséchante, des notes de liège nous conduisent à penser à un vin bouchonné. Si ce dernier point n’est pas partagé par tous, il est clair que ce vin n’a pas évolué normalement. Il est jugé déstructuré, défectueux.

5.Rasteau : Domaine de Trapadis « Les Adrès » 2010 

A l’ouverture : DS15

Après 5 heures d’aération : LG12 – AA13 – NC13 – HD13 – EA14

Un vin avec du jus mais sans complexité, rustique, asséchant. L’acidité hors norme pour un vin de cette région dérange. Comme le précédent, l’évolution n’est pas celle attendue pour des vins d’à peine plus de 10 ans.

6.Gigondas : Domaine Saint Gayan « In Nomine Patris » 2010 

A l’ouverture : DS15,5

Après 5 heures d’aération : LG15 – AA14,5 – NC15 – HD15,5 – EA15

Le dernier de ces deux séries est sans conteste le plus apprécié. Sans être exceptionnel, il affiche des notes de fruits rouges, des tannins grenus et une acidité un peu trop présente

3éme série :

7.Châteauneuf-du-Pape : Château Fortia « Tradition » 2010

Cépages : majorité de Grenache indique le site du domaine sans plus de précision.

A l’ouverture : DS16,5

Après 5 heures d’aération : LG16,5 – AA15,5 – NC15,5 – HD16,5 – EA16

Dès ce premier Châteauneuf, le niveau qualitatif fait un bond. Finesse du grain, alcool intégré, tannins soyeux et un joli nez donnent un vin charmeur, frais, avec une acidité légèrement trop présente.

8.Châteauneuf-du-Pape : Domaine Pierre Usseglio & Fils 2010 

Cépages : 80% Grenache, 10% Syrah, 5% Mourvèdre, 5% Cinsault

A l’ouverture : DS16

Après 5 heures d’aération : LG17 – AA16,5 – NC16,5 – HD16,5+ – EA16,5

Le nez indique un vin solaire  avec des notes d’alcool. La matière est dense, complexe. Ce vin s’apprécie encore davantage avec l’aération. Un vin à la forte personnalité qui fait l’unanimité.

9.Châteauneuf-du-Pape : Roger Sabon « Prestige » 2010 

Cépages : 70 % Grenache, 20 % Syrah, 5% Mourvèdre, 5% divers

A l’ouverture : DS16,5

Après 5 heures d’aération : LG15,5 – AA15 – NC15 – HD15,5 – EA15,5

Vin austère, avec un boisé espagnol, “bourbon”, qui domine l’ensemble. Un style moderne qui ne convainc pas.

4éme série :

10.Châteauneuf-du-Pape : Les Cailloux (Brunel) 2010

Cépages : 70% grenache – 17% mourvèdre – 10% syrah – 3% cinsault  

A l’ouverture : DS17

Après 5 heures d’aération : LG18 – AA17 – NC17,5 – HD17,5 – EA17,5

Nez fin, élégant évoquant le cigare, les épices. Un très beau jus et une finesse du grain  donne un vin brillant, charmeur combinant élégance et puissance.

11.Châteauneuf-du-Pape : Xavier Vignon « Cuvée Anonyme » 2010 

Cépages : Les baies proviennent de “vignes de collection”, où de nombreux cépages sont complantés ce qui rend difficile d’identifier la part exacte de chaque cépage : grenache, vaccarese, counoise, mourvèdre, terret noir et muscardin. (source site du domaine) 

A l’ouverture : DS15,5

Après 5 heures d’aération : LG16,5 – AA16,5 – NC16,5 – HD16 – EA16,5

Un nez de crème de cassis, une bouche fraîche accompagnée de notes de figues. Un vin élancé, prêt à boire qui reste cependant d’un niveau inférieur au précédent.

12.Châteauneuf-du-Pape : Domaine Pierre André 2010 

Cépages : 80% de grenache, 10% de syrah, 8 % de mourvèdre et 2 % de cinsault,

A l’ouverture : DS16

Après 5 heures d’aération : LG17,5 – AA17 – NC17,5 – HD17 – EA17,5

Une agréable présence de fruit malgré l’âge, des notes de graphite, une matière dense et un alcool bien intégré démontre le savoir-faire du domaine. Un vin cohérent, dynamique capable encore de vieillir.

Très belle 4ème série ou les dégustateurs sont partagés entre le charme des “Cailloux” et la classe du domaine Pierre André.

5éme série :
13.Châteauneuf-du-Pape : Clos Saint Jean 2010 

Cépages : 60% grenache, 15% syrah, 20% mourvèdre, 3% cinsault, 2% vaccarèse, 1% muscardin

A l’ouverture : DS17

Après 5 heures d’aération : LG17,5 – AA17 – NC17,5 – HD17 – EA17

La robe est davantage tuilée que les vins précédents. Belle évolution, complexe, un beau jus d’une grande finesse. Deux regrets, une finale légèrement sucrée et un peu courte.

14.Châteauneuf-du-Pape : Domaine de la Solitude « Cornelia Constanza » 2010 

Cépages : 100 % Grenaches (vignes centenaires)

A l’ouverture : DS17

Après 5 heures d’aération : LG17 – AA16,5 – NC17 – HD16 – EA16,5

Un équilibre parfait entre acidité et tannins. L’ensemble est cohérent et sans défaut mais manque de personnalité par rapport aux deux autres vins de la série.

15.Châteauneuf-du-Pape : Château de Beaucastel 2010

Cépages :  Grenache : 30% – Mourvèdre : 30% – Syrah : 10% – Vaccarèse, Terret Noir, Muscardin, Clairette, Picpoul, Picardan, Bourboulenc, Roussanne : 15% – Counoise : 10% – Cinsault : 5%

A l’ouverture : DS16,5

Après 5 heures d’aération : LG17,5 – AA17,5 – NC17,5 – HD18 – EA18

Un nez profond avec des notes de figue. Une matière impressionnante, ample et fine à la fois. La bouche reste fraîche car l’alcool est comme chez Pierre André parfaitement intégré. Une grande longueur confirme un vin avec beaucoup de classe avec encore un beau potentiel de garde. Si ses qualités sont reconnues, certains dégustateurs lui reprochent  un côté strict, un manque du charme propre au Châteauneuf qui ferait davantage penser à un vin de Bandol.

6éme série :

16.Vin de France : Henri Bonneau – Les Rouliers (assemblage 2009 & 2010) 

Cépages : 80% Grenache, 20% Cinsault

A l’ouverture : DS16,5/17

Après 5 heures d’aération : LG16,5 – AA17,5 – NC17 – HD16,5+ – EA16,5

Changement de registre par rapport à Beaucastel. Nez fin, trame élégante, peu puissante mais ciselée rappelant les vins italiens à base de Nebbiolo.

17.Châteauneuf-du-Pape : Domaine de la Janasse « Chaupin » 2010

Cépages : 100 % Grenache

A l’ouverture : DS17

Après 5 heures d’aération : LG17,5 – AA17,5 – NC18 – HD17,5 – EA18

Un fruit bien présent accompagné d’ une matière concentrée, équilibrée par un bon niveau d’acidité pour un pur grenache. Encore du potentiel de garde. Une agréable surprise pour ce domaine bien connu.

18.Châteauneuf-du-Pape : Les Cailloux (Brunel) « Cuvée Centenaire » 2010

Cépages : 80% grenache, 20% syrah

A l’ouverture : DS(16?)

Après 5 heures d’aération : LG17+ – AA16,5+ – NC17 – HD16,5+- EA16,5 ?

Un énorme jus, des notes de chocolat, d’alcool et un nez camphré pour un vin très démonstratif. Malgré un début d’évolution, ce vin n’est pas prêt. A ce stade, il séduit moins que la cuvée de base mais mérite d’être rebu dans quelques années.

7éme série :

19.Rasteau : Domaine du Trapadis « Rasteau Grenat » 2010

A l’ouverture : DS16,5

Après 5 heures d’aération : LG17 – AA16,5 – NC16,5 – HD16,5- EA17

Frais, sucré, délicat pour un vin muté dont le profil rappelle les VDN. Un vin gourmand avec des arômes de genièvre.

20.Muscat de Beaumes de Venise : Domaine des Bernardins « Hommage » (assemblage de 5 millésimes avec tous au moins 10 ans d’âge)

A l’ouverture : DS16,5

Après 5 heures d’aération : LG17 – AA16,5 – NC16,5 – HD16,5- EA17

Une robe légèrement rosée, des notes muscatées affirmées mais pas saturantes. Un muscat aérien en conformité avec le profil des Beaumes de Venise ou des muscats du Cap Corse.

Conclusion sur les impressions après 5 heures d’aération

Deux conclusions s’imposent à l’issue de cette magnifique dégustation. La capacité de vieillissement distingue nettement les vins de Châteauneuf-du-Pape des vins des autres appellations du Rhône sud. Si les six premiers vins ont eu du mal à tenir la distance dans le temps, aucun Châteauneuf n’a semblé en fin de course. L’écart ne concerne pas que l’aptitude à vieillir mais également la qualité générale des vins. Tous les vins de Châteauneuf dégustés affichent un niveau général élevé comme l’attestent les notes attribuées.

L’autre conclusion est la grande diversité des profils offerts. La palette comprend des vins charmeurs et fins jusqu’à des vins profonds, portés par un bel équilibre acidité-tannins. Un constat : le bois ne fait pas un mariage heureux avec le grenache comme le confirme la bouteille de Roger Sabon. Enfin, une confirmation : Brunel, Pierre André, Beaucastel et La Janasse restent des valeurs sûres.